Points clés

- La réputation des banques, rendues responsables de la crise financière, a beaucoup souffert depuis 2008.

- L’image s’est d’autant plus détériorée que les discours de communication ont été jugés ponctuellement hasardeux et les attitudes parfois arrogantes.

- Sous la pression de l’opinion publique, des médias et des politiques, les banques prennent la parole, s’expliquent, se justifient ou se défendent contre de fausses vérités.