MaPrimRénov' : 220.000 dossiers déposés en trois mois

La ministre du Logement a assuré que toutes les demandes seraient couvertes en 2021.

« Pour 2021, nous avons un budget de 1,6 milliard d’euros et nous en avons consommé 400 millions d’euros. MaPrimeRénov’ ne sera pas la victime budgétaire de son propre succès. » Emmanuelle Wargon, ministre du Logement, a voulu dans les colonnes du Parisien rassurer sur l'enveloppe financière du dispositif d'aide à la rénovation énergétique.

Et pour cause : 220.000 demandes ont déjà été déposées depuis le début de l'année. C'est plus que les 200.000 dossiers de l'année dernière. Le gouvernement mise sur 800.000 dépôts pour l'année 2021. Déposé ne veut pas dire accepté, même la majorité des dossiers recoivent un accueil favorable : plus des deux tiers ont été acceptés ; seuls 6 à 7 % sont refusés pour cause d'inéligibilité des travaux demandés par les ménages, d'après les chiffres de la ministre. 38 % des dossiers sont déposés par des foyers très modestes, 21 % par des foyers modestes. La prime moyenne est de 2.715 euros et « peut couvrir 90 % des travaux pour les plus modestes », indique Emmanuelle Wargon. 

Dans un registre plus répressif, la ministre va lancer, avec le concours des préfectures, un observatoire des squats. Une annonce qui s'inscrit dans la droite lignée de la marotte de la ministre, dont l'entourage a indiqué au Figaro vouloir démontrer que « la loi protège les squatteurs ». Depuis quatre mois, un nouveau dispositif « anti-squats » basé sur un amendement gouvernemental de la loi d'accélération et de simplification de l'action publique (Asap) vise à expulser les occupants indésirables dans un délai de 72 heures. 

Et parce que deux observatoires valent mieux qu'un, le ministère du logement vient également de mettre sur pieds un observatoire des loyers impayés. Quitte à faire le lien entre les deux ?