Malgré un décrochage au premier semestre, la collecte nette des SCPI se maintient à un haut niveau

En retrait de 10 % par rapport à une année 2011 record en termes de collecte nette, 2012 s'est placée au second rang des plus beaux millésimes du marché des SCPI, et à la première place en ne considérant que les SCPI d’immobilier d’entreprise. Avec 2,5 milliards d’euros de collecte nette, contre près de 2,8 milliards un an auparavant, 2012 a dépassé, et de loin, les années 2008 (874 millions) et 2009 (869 millions).  Pour 2013, l’horizon semble un peu moins dégagé. Les statistiques des six premiers mois font état d’un recul de près de 12 % des flux d’investissement sur un an en variation semestrielle. Comme en 2012, les sociétés de gestion n’ont pu compter sur les SCPI de logement pour relever les chiffres, la première SCPI Duflot n’ayant été agréée qu’au mois de juillet. Au regard du désamour dont font preuve les investisseurs à l’égard du dispositif fiscal mis en place par la ministre du Logement et de l’Egalité des territoires, il est très peu probable que les SCPI de logement soutiennent la collecte. Reste que les SCPI d’immobilier d’entreprise ont toujours la cote. Sauront-elles semble garder

le vent en poupe ?

Aux gérants de prouver que les rendements, jusqu’ici au rendez-vous chaque année, maintiendront leurs niveaux actuels et ce, en dépit du défi de taille induit par le Grenelle de l'environnement qui les attend. Les règles de gestion, notamment celles concernant les travaux d’envergure, ont été assouplies à leur demande. Les associés espèrent qu’ils en feront bon usage.