Macron veut faciliter l'imposition commune pour les concubins

Le couple pourrait ainsi bénéficier du quotient conjugal pour faire baisser l'imposition en cas de disparité de revenus.

Emmanuel Macron est entré de plain-pied dans la campagne. Après ses annonces groupées sur les 15 milliards d'euros de baisses d'impôts et l'augmentation des aides à la transition énergétique, c'est au tour de la fiscalité des ménages. Lors de sa conférence de presse, le candidat Emmanuel Macron avait indiqué vouloir «permettre à tous les couples vivant ensemble de réduire leurs impôts comme s'ils étaient mariés ou pacsés» afin de mieux coller à «l'évolution de la société». L'équipe du candidat a précisé au Parisien vouloir faciliter le régime du «concubinage notoire», qui permet à un couple ni marié ni pacsé de bénéficier d'une imposition commune. Cette possibilité, optionnelle, bénéficiera surtout aux foyers avec un différentiel de revenus important qui tireront profit du quotient conjugal. 

Actuellement, il faut obtenir un certificat de vie commune délivrée en mairie pour être concubins notoires. Avec cette mesure, plus aucune déclaration ne serait nécessaire, mais l'administration fiscale pourra toujours contrôler a postériori que la communauté de vie est effective. 

Une annonce qui découle de la nécessité «d’adapter l’impôt sur le revenu à la réalité de la situation des ménages, sans s’arrêter aux seuls liens juridiques unissant les deux membres d’un couple», a expliqué l'équipe macroniste au Parisien. 

La mesure pourrait potentiellement bénéficier à sept ou huit millions de personnes dans un pays où un couple sur cinq vit en union libre.