Directive MIF II

L'Esma largement contesté

La position du régulateur européen soulève des critiques sur les rémunérations
C’est au mois de décembre que la Place saura si l’Esma, sans se désavouer, s’incline

Il faudra attendre Noël pour savoir si le régulateur européen des marchés financiers, l’Esma, a reconsidéré sa position en matière d’inducements dans le cadre des mesures d’application de la directive MIF II. La grande majorité des réponses publiées sur le site du régulateur est opposée à l’approche de ce dernier quant à la distinction entre conseil indépendant ou non et les conséquences qui en découlent en termes de rémunérations.