Les marchés confirment le manque de consensus

Luc Dumontier, directeur adjoint de la gestion alternative, et Salim Louzgani, ingénieur financier chez Sinopia, constatent que « les investisseurs sont focalisés sur l'évolution du dollar sans doute parce que les devises ont toutes tendance à varier en même temps vis-à-vis du billet vert. D'après nos estimations, ce facteur dollar explique à lui seul en moyenne 50 % à 60 % des variations des monnaies de l’OCDE. Sa volatilité traduit le fait qu’il n’y a pas de consensus clair sur l’évolution du billet vert, constamment tiraillé entre les forces de long terme que sont les fondamentaux - inflation, production industrielle, prix des matières premières…  - et les facteurs de court et de moyen terme - aversion au risque... »