Les lauréats du Grand prix du patrimoine certifiés 2013

1er Prix

David Fleurat-Lessard

Expert patrimonial

GAN Patrimoine

33 ans

« La certification marque le début des choses »

C’est la récompense d’un parcours envisagé très tôt. Car si David Fleurat-Lessard, maîtrise de Science économique et sociale en poche en 2022, opte pour un Capes d’économie à l’IEP de Bordeaux, c’est en songeant par engouement personnel aux métiers de la bancassurance.

Dans sa spécialité, il va tout de même saisir une opportunité pour enseigner durant trois ans au sein d’un lycée privé à Périgueux. Puis la porte s’ouvre en 2007 grâce à la rencontre d’un inspecteur commercial d’Axa. En tant que conseiller clientèle, il y fait ses armes de commercial chargé de promouvoir essentiellement une offre de prévoyance.

« Je souhaitais vraiment me spécialiser en gestion de patrimoine et cette reconnaissance du métier passait pour moi par la CGPC, ce que mon employeur ne proposait plus », précise le lauréat.

C’est pourquoi il rejoint GAN Patrimoine en 2010. D’abord conseiller en gestion de patrimoine puis, un an plus tard, promu expert patrimonial sur la région de Périgueux, il entamera dans la foulée la formation interne dédiée à l’examen CGPC.

« Dès 2012, j’ai rejoint cette formation, et ce trois jours par mois pendant neuf mois. Nous sommes accompagnés par un expert extérieur qui nous prépare très bien. Mais il faut reconnaître que c’est compliqué car cela casse le rythme de l’activité professionnelle et suppose une forte implication par rapport à la vie personnelle.Globalement, je n’ai pas été désarçonné par l’épreuve, sauf parfois par les choix multiples des réponses, qui prêtent aux pièges. Quant au cas pratique de synthèse, je suis plutôt à l’aise à l’écrit et j’apprécie cette convergence entre analyse, réflexion et connaissances. C’est d’ailleurs pour cela que je me suis orienté vers la gestion de patrimoine fondée sur une approche globale.La CGPC marque le début des choses. Maintenant, je vais adopter la norme ISO, car la remise à niveau dans notre métier est essentielle. Et, en interne, je souhaite approfondir une fonction d’encadrement à l’occasion des bilans patrimoniaux. Ce qui permet une prise de recul tout en gardant le contact avec le terrain. » 

2e Prix

Mickael Dillet

Expert patrimonial

GAN Patrimoine

28 ans

« La gestion de patrimoine en ligne de mire »

La première étape de Mickael Dillet en direction de la gestion de patrimoine est passée par les marchés financiers : après un master 2 marchés financiers/épargne collective à l’université de Poitiers en 2008, il se rend à Paris dans une société d’encadrement de fonds où, pendant un an et demi, il cultive sa fibre en allocation d’actifs. Puis une proposition inattendue ajoute une corde à son arc, celle de consultant en fiscalité dans une société de promotion immobilière où il développe ses qualités relationnelles et ses compétences en défiscalisation notamment. Il se « rapproche de l’objectif » et est embauché en 2010 chez GAN Patrimoine, jeune conseiller en gestion de patrimoine qui continue à étoffer sa gamme et découvre la CGPC.

« Au bout d’un an, on m’a proposé de me lancer vers l’examen, une préparation dure mais qui m’a apporté beaucoup. J’ai énormément écouté et fait le forcing des révisions un peu en bout de course. Le périmètre de l’épreuve oblige à connaître tous les domaines ; ce qui est curieux, c’est que j’ai éprouvé quelques difficultés dans mon domaine de prédilection, les marchés, et que j’ai plutôt mieux réussi dans le juridique et le fiscal où, il est vrai, j’avais vraiment dû ‘bosser’.

Maintenant, je suis beaucoup plus confiant avec les clients. Mon réseau me reconnaît puisque j’accompagne d’autres conseils en termes d’expertise. Après ce label au niveau national, je vais continuer à m’impliquer avec la normalisation et pourquoi pas un master? » 

3e Prix

Florence Bodin-Cunche

Conseiller commercial senior

MMA

35 ans

« Du spectacle vivant à la sphère patrimoniale »

Après un Bac scientifique passé en 1995, Florence Bodin-Cunche se tourne vers un DEUG de cinéma et un BTS audiovisuel. Un choix de passion qui va la mener à un parcours de six années dans le spectacle vivant et l’événementiel, dont un an et demi en Angleterre. Puis, c’est le virage vers la finance, ce profil atypique et sa forte motivation ayant intrigué les ressources humaines chez MMA. Un choix assumé, avoue-t-elle, par un goût prononcé pour les chiffres, le challenge d’un tel changement de carrière, mais aussi rendu nécessaire par la maternité.

La voilà donc en CDI au sein du groupe mutualiste depuis 2005 en tant que conseiller commercial en assurance de personnes pour le réseau salarié. Promue cadre en janvier 2012, elle a suivi une formation interne en gestion de patrimoine au terme de laquelle elle a terminé major de sa promotion. « L’examen de CGPC s’est imposé pour valider mes acquis, c’est une référence dans nos métiers. » Et d’avouer simplement : « L’avenir est porteur de beaucoup de promesses… »