L’Efama appelle à une revision rapide du KID Priips

Laurence Marchal
L'association européenne des professionnels de la gestion d'actifs a envoyé une lettre à la commission européenne en ce sens.
(Pixabay)

L’Association européenne des fonds Efama appelle à une révision urgente du document d'information des investisseurs KID Priips, alors que les autorités européennes de surveillance préparent leur rapport final sur les changements techniques à apporter sur ce point. En l’état actuel, l’association estime que le KID Priips reste "fondamentalement déficient et fournit aux investisseurs particuliers des informations trompeuses".

"La crise actuelle du COVID-19 entraîne une incertitude économique sans précédent pour tout le monde. Notre secteur jouera son rôle en apportant son aide sur le long chemin de la reprise économique. Pour y parvenir, un KID qui fournisse aux investisseurs particuliers les bonnes informations est devenu encore plus important. Sinon, comment pouvons-nous attendre des investisseurs particuliers qu’ils prennent des décisions d'investissement éclairées en période d'incertitude économique et participent à la reprise post-COVID ?", s’interroge l’Efama dans une lettre envoyée mardi à la Commission européenne, aux parlementaires européens et aux autorités européennes de surveillance.

L’Efama identifie trois points susceptibles d’être améliorés. Premièrement, l’association pense que la comparabilité à tout prix n’est pas la bonne solution. "La quête d’une comparabilité théorique [entre produits d’investissement très différents] s’est faite au prix d’une information trompeuse, ce qui a un impact négatif pour l’investisseur final".

Ensuite, la mention de la performance passée est essentielle, juge l’Efama, "même si elle n’est pas un indicateur de la performance future".

Enfin, l’association estime que les scenarios de performance ne devraient pas être prospectifs, mais plutôt "donner des informations sur la manière dont le produit va fonctionner dans telle ou telle condition de marché, en se fondant sur des observations historiques".