Le suivi du chantier ne relève pas de l’obligation du CGP

Pour des investisseurs, l'acquisition en 2003 du château de la Chaussade situé dans la Nièvre a mal tourné
Chaussade

Quand un programme de réhabilitation tourne mal, les investisseurs se retournent en priorité vers leur conseiller en leur qualité de contact privilégié et d’intermédiaire avec les différents acteurs partis à l’opération. Une affaire portée à la connaissance de la Cour d’appel de Rouen le 27 septembre dernier en a livré une nouvelle illustration. En l’espèce, une des sociétés du groupe montpelliérain Quarante a fait l’acquisition en 2003 du château de la Chaussade situé dans la Nièvre avec pour objectif de vendre à la découpe des produits immobiliers défiscalisés « clés en mains ».