Le produit d'épargne retraite paneuropéen arrive sur le marché

Si les souscriptions sont théoriquement possibles à partir du 22 mars, aucun opérateur français n'a fait labéliser son offre «PEPP».
(Adobestock)

Lancement sans fanfares pour le produit paneuropéen d'épargne retraite individuel (PEPP). Le règlement PEPP s'appliquant à partir du 22 mars, les opérateurs peuvent donc théoriquement proposer un produit labélisé comme tel à la souscription. Problème, aucun acteur français n'a daigné s'engouffrer dans la brèche, et seule une dizaine de PEPP sont proposés au niveau européen, en Irlande, à Chypre ou Malte. Ils sont pourtant nombreux à pouvoir en commercialiser un (assurance, banque, institution de retraite professionnelle)...

Le PEPP est un produit d'épargne standardisé avec des caractéristiques communes entre Etats membres. Il se destine à ceux qui changent de pays de résidence au cours de vie au sein de l'Union européenne grâce à sa portabilité d'un Etat à l'autre. Pour rappel, les sommes versées sur le PEPP sont bloquées jusqu'à la retraite, moment où l'épargnant peut choisir une sortie en capital ou en rente, à l'instar de notre PER national. Le souscripteur a le choix entre le PEPP classique, offrant des supports d'investissement diversifés et un PEPP «basique», destiné à offrir un plus haut niveau de protection à l'épargnant.