L'assuré doit adapter ses garanties selon la valeur de ses biens 

Le courtier n’est pas tenu de suivre régulièrement l’évolution du patrimoine client.
(Max Pixel)

C’est au client de contacter son courtier si les montants assurés ne reflètent plus la réalité du risque, et non au courtier de se renseigner périodiquement sur l’évolution de son patrimoine. La 1ère chambre civile de la Cour de cassation, dans un arrêt n°165 du 17 février 2021 (19-19.110), se prononce en faveur de la responsabilisation.  

Un particulier se fait cambrioler pour 200.000 euros de bijoux, là où son contrat d’assurance plafonnait à 60.000 euros la garantie objets précieux. Il réclame à son courtier la différence de 140.000 euros, car il relèverait de son rôle de se renseigner périodiquement sur l’évolution de la situation du client afin de constater l’adéquation ou non des garanties souscrites avec le patrimoine réel. 

Le courtier n’est pas tenu de vérifier régulièrement la valeur des biens de son client pour mettre éventuellement les garanties à niveau, répond la Cour. Celui-ci n’a donc pas manqué à son devoir de conseil.