L'AMF reste très vigilante sur le trading et le post-marché

NewsManagers
L'Autorité des marchés financiers continue de s'intéresser de très près à la résilience des marchés, notamment du trading et du post-marché.

L'Autorité des marchés financiers continue de s'intéresser de très près à la résilience des marchés, notamment du trading et du post-marché.  « L'électronisation, la complexification ainsi que la fragmentation des marchés et l'importance des dark pools comportent des risques. (...). Pour maîtriser ces risques et prendre en compte l'hétérogénéité des stratégies des intervenants, les études académiques sont essentielles pour le régulateur, afin d'établir une réglementation appropriée. C'est l'un des chantiers sur lesquels nous continuons de travailler, y compris au sein de notre Conseil scientifique » a indiqué Gérard Rameix, président de l' AMF, le 26 mai à l'occasion du dernier colloque du Conseil scientifique de l' AMF.

"La révision de la directive Marchés d'instruments financiers (MIF) devrait permettre de nets progrès par rapport à la situation existante sous réserve d'une mise en place rapide, efficace et harmonisée. L'Esma travaille à l'élaboration des mesures d'application et vient de lancer une importante consultation à laquelle j'engage tous les professionnels à répondre. Certaines de ces mesures sont de nature à améliorer la résilience des marchés et à permettre un meilleur encadrement du trading à haute fréquence», a poursuivi Gérard Rameix.

Les acteurs du trading haute fréquence (HFT) devront notamment s'enregistrer en tant que prestataires de services d'investissement. Le contrôle des risques sera plus vigilant, notamment en vérifiant la résilience des systèmes d'information et l'organisation du contrôle interne des traders à haute fréquence. Un marquage (« flagging ») des algorithmes devrait être imposé, de sorte que les acteurs du HFT devront savoir identifier l'algorithme ayant lancé un ordre, mais aussi tenir ces algorithmes à la disposition des régulateurs.

En outre, des mesures sont prévues pour augmenter la viscosité du marché, notamment en imposant un pas de cotation minimal, afin d'éviter que le HFT ne profite pas de pas de cotation trop fins. Une autre avancée importante ouverte par la MIF2 sera de faire que la structure tarifaire des plateformes n'encourage pas, mais au contraire pénalise, les volumes d'ordres excessifs et surtout les annulations d'ordres, qui brouillent la grande majorité des acteurs.

Enfin, l'Esma devra préciser et encadrer les conditions de la colocalisation des firmes de HFT à proximité immédiate des plateformes boursières, afin d'éviter des avantages concurrentiels qui seraient indus.

S'agissant des activités de compensation, Gérard Rameix a souligné la nécessité «d'une application harmonisée» du règlement européen sur les dérivés négociés de gré à gré (EMIR), ainsi que «d'une équivalence mutuelle des dispositifs régionaux, d'une coopération entre régulateurs et d'une concurrence équitable entre les différentes zones géographiques».