La taxe foncière a augmenté 3,5 fois plus vite que l'inflation en 10 ans

L'impôt local a bondi de 34,7 % entre 2008 et 2018, selon les résultats de la 13ème édition de l'Observatoire national des taxes foncières de l'UNPI.

La taxe foncière a bondi de près de 35 % (34,7 %) entre 2008 et 2018, selon l'Observatoire national des taxes foncières publié par l'UNPI. Les loyers ayant progressé de 9,34 % avec une inflation à 9,91 %, "la taxe foncière a donc progressé 3,7 fois plus rapidement que les loyers et 3,5 fois plus vite que l'inflation", explique l'observatoire. Sur cinq ans, l'augmentation de 10,8 % tend à ralentir, mais demeure trois à quatre fois supérieure à l'inflation (+3,82 %) et à l'évolution des loyers (+2,32 %) sur la période.

En 2019, peu de grandes villes et de départements ont augmenté leur taux. "Cependant, derrière cette façade rassurante, des revalorisations d'envergure de valeurs locatives s'opèrent en coulisse. Par exemple, en Isère, plusieurs dizaines de milliers de propriétaires ont vu leur impôt grimper de 13 % en moyenne sans déclarations particulières des contribuables ni de contrôle de l'administration. En Indre-et- Loire, le service des impôts fonciers a aussi opéré de nombreuses revalorisations sans explications suffisantes pour les propriétaires", souligne l'UNPI.

Le groupement de propriétaires appelle l'Etat et les collectivités territoriales représentées par leurs associations à "un pacte de fiscalité avec les propriétaires", ainsi que le gel de la revalorisation annuelle générale des bases. L'UNPI demande enfin que les propriétaires soient être "étroitement associés à la réforme prévue pour 2026".