Prévoyance

La Banque Postale cible la clientèle patrimoniale

Le nouveau contrat Sérénia, dont les couvertures peuvent atteindre 3 millions d’euros, propose en inclusion une garantie des maladies redoutées.

Simple dans son fonctionnement, le dernier-né de la gamme des contrats de prévoyance de La Banque Postale, Sérénia, entend se différencier de ses concurrents en procurant, en inclusion, une couverture étendue aux maladies redoutées. « Le contrat est proposé par les conseillers spécialisés en patrimoine et les conseillers en gestion de patrimoine de La Banque Postale dans la mesure où il vise clairement une clientèle patrimoniale », avance la directrice du pôle assurance de l’établissement, Danielle Wajsbrot. Il est vrai que le montant du capital garanti s’élève à 100.000 euros et peut atteindre au maximum 3 millions d’euros. Cette somme peut être révisée à la hausse comme à la baisse en cours de contrat.

Un fonctionnement simple.

Contrat groupe, Sérénia s’adresse aux particuliers clients de la Banque Postale âgés de 18 ans au moins et n’ayant pas atteint leur 70e anniversaire, sous réserve de l'acceptation du risque par l’assureur, La Banque Postale Prévoyance. Sérénia garantit le versement d’un capital en cas de décès toutes causes ou de perte totale et irréversible d’autonomie (PTIA). « Lorsque survient la maladie grave, l’adhérent perçoit 10 % de ce capital garanti. Lui ou ses bénéficiaires toucheront le solde, soit 90 % en cas de PTIA ou de décès, toutes causes intervenant après l’indemnisation de la maladie redoutée. Exemple : un adhérent assuré pour 2 millions d’euros, touchera 200.000 euros au moment où se déclare la maladie grave, et le solde - soit 1,8 million - en cas de décès », explique Danielle Wajsbrot.

« Bien que la Sécurité sociale couvre les frais médicaux à 100 % pour ces maladies, qui représentent 95 % des décès non accidentels des 35-55 ans, la garantie des maladies redoutées apporte une garantie supplémentaire de préservation du patrimoine », poursuit la responsable.

Durée d’assurance.

Les maladies redoutées garanties appartiennent à une liste exhaustive, comportant néanmoins pour chacune d’entre elles des exclusions (lire l'encadré ci-dessous). Les personnes âgées de 61 ans ou plus à l’adhésion ne sont pas assurées au titre de cette garantie, cette dernière prenant effet au terme d’un délai d’attente d’un an à compter de la date de conclusion de l’adhésion. La garantie ne joue qu’une seule fois par adhésion et cesse à la date anniversaire de l’adhésion qui suit le 66e anniversaire de l’adhérent. Aucun versement de prestation n’est effectué en cas de survenance d’une maladie redoutée pendant le délai d’attente. La cotisation du contrat est, quant à elle, recalculée à compter de la date de survenance de la maladie redoutée pour ne prendre en compte que la garantie en cas de décès ou de PTIA.

Concernant le décès, la garantie décès cesse au plus tard la veille du premier jour du mois de l’échéance périodique de cotisation qui suit le 75e anniversaire de l’adhérent. La couverture PTIA s'arrête, pour sa part, la veille du 65e anniversaire de l’adhérent ou, au plus tard, la veille de son 70e anniversaire, lorsque la PTIA est consécutive à un accident.

Garanties optionnelles.

Sérénia comporte deux garanties optionnelles. La première permet de doubler le capital garanti en cas de décès ou de PTIA accidentels, en l’absence de maladie redoutée indemnisée, et la seconde consiste, sous conditions, en une indexation du montant du capital garanti par rapport au plafond de la Sécurité sociale.

Le capital peut être versé en une seule fois aux bénéficiaires ou être fractionné mensuellement au conjoint ou aux enfants, en cas de décès.

« A ce jour, 1.500 contrats Sérénia ont été souscrits. Un tiers des adhérents environ sont des cadres supérieurs et chefs d’entreprise. Nous avons assuré aussi pas mal de sportifs de haut niveau. Par ailleurs, 15 % des adhérents appartiennent au monde médical. Quant aux objectifs d’adhésion, nous notons que près des deux tiers des particuliers mettent en avant le montant important des capitaux décès, qu’environ la moitié invoquent la garantie maladies redoutées et que 10 % souscrivent pour sécuriser des opérations immobilières importantes », met en avant le directeur général de La Banque Postale Prévoyance, Patrick Bacchetta.