Pratique anti blanchiment

Jusqu'où va la surveillance en matière de pratique anti-blanchiment?

Transposée en France, la 4e directive Tracfin démultiplie les procédures de contrôle. Les bénéficiaires effectifs et les personnes exposées sont en première ligne

Le décret du 18 avril 2018(1)
a poursuivi la transposition de la quatrième directive Tracfin(2) dédiée à la lutte contre le blanchiment (LCB-FT). Sur le papier, les procédures de vigilance visant la clientèle, ainsi que leur gradation, ont été détaillées. Dans la pratique, la complexité et l’envergure des travaux nécessaires à la mise en œuvre de cette règlementation posent des difficultés. C’est la raison pour laquelle la Place a obtenu un moratoire qui sera mis à profit pour perfectionner les systèmes d’évaluation des risques, d’ici le 1er octobre prochain.