Interprofessionnalité

Juris Défi confiant dans son modèle

L’interprofessionnalité ne passe pas nécessairement par une structuration juridique
La constitution d’un réseau associatif, à l’instar de Juris Défi, représente une autre voie
DR, Jean-Jacques François avocat et coprésident, Juris Défi

Alors que Bercy vient d’annoncer que la publication des décrets sur la société pluriprofessionnelle d’exercice (SPE) interviendra au mois d’avril (1) et que la question de l’effectivité en pratique de ce nouveau dispositif se pose, il est opportun de rappeler qu’il existe des initiatives de terrain, à l’instar de la solution proposée par Juris Défi, une association regroupant notamment des avocats et des notaires (lire l’encadré). « Nous n’avons pas attendu les structures juridiques permettant l’interprofessionnalité pour offrir à nos membres d’organiser cette pluridisciplinarité », tient à exprimer Jean-Jacques François, avocat et coprésident du réseau associatif dont l’objet social est l’interprofessionnalité.

Désignation d’un conseiller référent.

Juris Défi a été fondé en 1992 pour créer le versant juridique de France Défi, un groupement d’experts-comptables et de commissaires aux comptes indépendants avec lequel Juris Défi est toujours en partenariat. Les membres de Juris défi conservent leur indépendance, tout en permettant à chacun de bénéficier des compétences des autres, et d’éviter ainsi l’isolement. Dans le cadre d’une mission nécessitant la mise en commun de plusieurs compétences, le client disposera d’un conseiller référent, un avocat ou un notaire que le chef d’entreprise aura désigné. Ce chef d’orchestre de l’opération aura la charge de réunir la bonne équipe pour résoudre la problématique en cause. « La force de notre réseau, qui comprend environ 200 professionnels du droit, c’est de se connaître et de pouvoir ainsi identifier rapidement les personnes adéquates sur un sujet donné », relève Jean-Jacques François.

Contractualisation du dossier interprofessionnel.

Sur les dossiers dont les montants en jeu sont importants, Jean-Jacques François contractualise parfois la gestion interprofessionnelle du dossier : « A l’instar d’un contrat de chantier, tous les corps de bâtiment sont réunis autour d’un même objectif. » Une rémunération séparée des différents intervenants sera effectuée, sauf « lorsque le client a une préférence pour une facturation globale de la prestation. Le cas échéant, l’un d’entre eux s’en charge et les autres intervenants lui facturent leur prestation ». A noter qu’un autre avantage de Juris Défi est sa capacité à élargir l’interprofessionnalité en organisant des rencontres avec d’autres métiers tels que celui de conseil en gestion de patrimoine ou d’autres réseaux. « On ouvre ainsi bien plus largement que la loi les perspectives de l’interprofessionnalité », se félicite Jean-Jacques François.

Une interprofessionnalité sans perte d’indépendance.

En conséquence, Juris Défi organise une interprofessionnalité sans perte d’indépendance pour l’avocat ou le notaire. « Juris Défi est un moyen de faire face aux experts-comptables qui absorbent actuellement une partie des 65.000 avocats que compte la France en leur offrant la position plus confortable du salariat, mais ce qui implique aussi une perte de leur indépendance », met en garde Jean-Jacques François. La pluridisciplinarité organisée par le réseau est cependant complexe à mettre en place. Beaucoup s’y sont essayés et ont échoué.

A noter que Juris Défi, coprésidé par le notaire Pascal Morin, ne compte que cinq études notariales et souhaiterait renforcer leur présence au sein du réseau. « Compte tenu de la pression exercée sur ce métier, il est encore plus intéressant pour eux de venir rejoindre un réseau comme Juris Défi qui leur permet de ne pas perdre leur indépendance tout en bénéficiant de la force d’un tel réseau. Cela permettrait notamment une pluridisciplinarité enrichissante entre l’avocat, le notaire et l’expert-comptable, et un conseil optimal auprès du chef d’entreprise », indique Jean-Jacques François.

 

(1) Lire « Société pluriprofessionnelle d’exercice : les décrets seront publiés plus tôt que prévu », sur wwwagefiactifs.com.