Immobilier : vigilance sur les risques de blanchiment

Frédérique Perrotin-Laquerrière
Trois schémas sont couramment utilisés

L’affaire de la Villa Hier, construite dans les années 50 au Cap d’Antibes et acquise par l’oligarque russe Suleiman Kerimov, qui a abouti en mai dernier à la conclusion d’une convention d’intérêt judiciaire, avec une amende de 1,4 million d’euros auxquels s’ajoutent quelques 10,3 millions d’euros d’impôts éludés, est emblématique des risques auxquels doivent faire face les acteurs de l’immobilier.  La lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme (LCB/FT) est un des enjeux du secteur.