Immobilier : Si elle reste modérée, la baisse des prix est plus forte à Paris qu'en Ile-de-France

D’après les notaires de Paris-Ile-de-France, le nombre de logements anciens a augmenté de 10 % de mai à juillet 2013 comparé à la même période il y a un an.

Dans la continuité de ce qui avait été observé à fin juin, ce léger mieux doit beaucoup à la période de comparaison de l’an dernier, mai-juillet 2012, marquée par un marché très affaibli après l’accélération liée à la réforme des plus-values immobilières en tout début d’année 2012.

Concernant les prix de vente, les tendances du marché n’ont pas évolué et les ajustements sur les prix sont toujours très modérés.

En un an, les prix des logements anciens ont baissé de 1 % en Ile-de-France (-0,9 % pour les appartements, -1,2 % pour les maisons). Paris accuse une plus forte baisse de prix (-1,7 % pour les appartements en un an).

Les indicateurs avancés calculés sur les prix issus des avant-contrats de ventes anticipent une stabilité du prix au m_ des appartements anciens dans les Hauts-de-Seine et la poursuite jusqu’à fin novembre d’une baisse modérée des prix à Paris. Pour les maisons en Grande couronne, ils prévoient une légère baisse des prix permettant de gommer la petite hausse intervenue cet été.