Immobilier : Reprise des volumes et timide baisse des prix dans l’ancien en Ile-de-France sur un an

D’après les statistiques des notaires de Paris-Ile-de-France, après un point bas au premier trimestre 2013, les volumes ont cessé de se dégrader au deuxième trimestre. Dans l’ancien, ils augmentent de 8 % sur un an pour les appartements et de 15 % pour les maisons (-23 % pour les maisons neuves en revanche). Dans le détail, Paris ne progresse que de 5 % pendant que la petite couronne affiche une hausse de 11 % et la grande couronne, 8 %.

En revanche, la baisse des prix reste modérée. C’est à Paris qu’elle est la plus forte avec un recul de 1,9 % contre un repli de 1,1 % sur l’ensemble des appartements anciens franciliens et de 1,5 % sur les maisons. « L’entrée en vigueur au 1er septembre d’une fiscalité moins restrictive et d’un abattement exceptionnel de 25 % limité à un an constituent des éléments favorables susceptibles de permettre un redressement des transactions et d’inciter les vendeurs à davantage de modération sur le prix de leur bien », avancent les notaires tout en restant dubitatifs sur l’effet d’un dispositif jugé difficile à comprendre pour des particuliers.

En marge des chiffres sur les transactions et les prix, les notaires se sont arrêtés sur deux points : D’une part, à Paris, ce sont les 5 pièces qui sont les plus chers au m_, pas les studios. D’autre part, la ville, qui représentait 40 % des ventes en Ile-de-France en 1996 ne pèse plus aujourd’hui que 30 % des transactions totales de la région.