Immobilier : le prélèvement à la source suscite l’inquiétude des futurs acheteurs

Plus de sept Français sur dix disent craindre des erreurs dans le montant prélevé ou une baisse du pouvoir d'achat après l'application du PAS, selon un sondage OpinionWay réalisé pour Vousfinancer.com.

A quelques jours de la mise en place du prélèvement à la source, Vousfinancer et OpinionWay* livrent une étude peu rassurante. Près de trois quarts des Français (72 %) expriment ainsi des craintes liées à son application, notamment concernant « des erreurs dans le montant prélevé » ou tout simplement « une baisse du pouvoir d’achat ».

Des réticences qui pourraient toutefois n'être que temporaires :  « les Français vont avoir besoin d’un peu de temps pour s’habituer à cette nouvelle gestion de leurs finances. Mais après quelques mois, si le dispositif est efficace et le nombre d’erreurs limité, ces inquiétudes pourraient se dissiper rapidement, ce qui limiterait l’impact négatif réel de la mise en place du prélèvement à la source » analyse Frédéric Micheau, directeur des études d’opinion chez OpinionWay.

Les candidats à l’achat immobilier sont quant à eux près de 55 % à redouter des difficultés dans la souscription ou le remboursement de leur crédit, selon l’étude. Parmi les principales inquiétudes des Français : « plus de difficultés à faire face à leurs charges financières, notamment le paiement des mensualités, suite à la mise en place du prélèvement à la source. 55 % craignent également que la banque leur accorde un montant inférieur à ce qu’ils auraient pu avoir avant la mise en place du dispositif ». La tendance est plus marquée pour les primo-accédants, qui sont 75 % à « redouter des difficultés à faire face à leurs charges financières et 72 % à craindre de voir leur capacité d’emprunt », conclut le courtier.

*étude réalisée par questionnaire auto-administré en ligne du 7 au 15 novembre 2018 par OpinionWay auprès d’un échantillon de 1064 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus (méthode des quotas).