Experts-comptables

Experts-comptables : Un attrait croissant pour le conseil patrimonial

L'Ordre des experts-comptables de Paris Ile-De-France a créé le Club Patrimoine
L’association se distingue du Club Expert Patrimoine qui continue de se développer
DR, Laurent Benoudiz, président, Ordre des experts-comptables de Paris Ile-De-France

Confrontés à une automatisation croissante du métier traditionnel de l’expert-comptable et au développement des offres internet à bas coût (L’Agefi Actifs n°674, p. 13), les professionnels du chiffre sont encouragés par leurs instances à réorienter leurs activités vers le conseil. Le congrès annuel des experts-comptables 2017 en fait d’ailleurs son thème central : « Expert-comptable, expert-conseil ».

Le nouveau président du Conseil supérieur de l’Ordre des experts-comptables (CSOEC), Charles-René Tandé, a également indiqué dans nos colonnes (L’Agefi Actifs n°700, p. 13) qu’il comptait développer l’activité de conseil, notamment en permettant aux experts-comptables de revendiquer des spécialités, sachant que celle de « conseil patrimonial » n’était pas exclue de la discussion. Le CSOEC a d’ailleurs créé en mars dernier un comité « Conseil patrimonial » qui doit permettre de positionner au mieux l’expert-comptable sur ce domaine. Car en effet, la matière attirerait de plus en plus de candidats.

Le Club Patrimoine…

En témoigne l’initiative de l’Ordre des experts-comptables de Paris Ile-De-France qui crée, en décembre 2016, le Club Patrimoine. En concevant cette association, Laurent Benoudiz, le président de l’Ordre, a souhaité rendre plus accessible cette matière. Et le succès serait au rendez-vous, l’institution ayant enregistré environ 500 inscriptions pour cette première année. Quatre conférences par an sont organisées, les premières ayant eu pour thème : « Stratégie de rémunération des entrepreneurs pour 2017 ! Et après ? », « Loueur en meublé professionnel ou non professionnel, un Ovni fiscal », « Bilan patrimonial : applications pratiques »

« C’est une belle initiative et il faudrait également pouvoir la déployer sur un plan national, une idée qui pourrait être mise en œuvre par le Conseil supérieur de l’Ordre des experts-comptables (CSOEC) », indique Frédéric Espirat, membre du comité « Conseil patrimonial » du CSOEC et président de la commission « Conseil patrimonial » du syndicat Ifec.

… à côté du Club Expert Patrimoine.

Le Club Patrimoine, dont le lancement a été confié à Serge Anouchian, associé fondateur du Groupe Emargence, ne doit pas être confondu avec le Club Expert Patrimoine (CEP), créé en 2007 par le même Serge Anouchian à la suite du congrès annuel du syndicat d’experts-comptables ECF à Biarritz sur le thème de la gestion de patrimoine. Ce dernier explique pourquoi les deux entités ont une existence bien distincte : « Les 500 inscrits du CEP ont une certaine maîtrise de la matière, ce qui ne permet pas aux nouveaux entrants, qui connaissent peu le sujet, de facilement s’intégrer  ».

Ainsi, le Club Patrimoine est davantage dédié aux experts-comptables qui souhaitent s’initier à la gestion de patrimoine grâce à quatre conférence par an de deux heures chacune, pour 200 euros de cotisation annuelle. « Sachant que ces formations se déploient dans toute l’Ile-de-France », précise Laurent Bénoudiz. « L’expert-comptable qui souhaite un approfondissement sur des sujets techniques ou des réponses concrètes à des problématiques ira davantage s’inscrire au CEP », complète Gilles Dauriac, expert-comptable à Bordeaux et président du CEP. 

DU en partenariat avec l’Aurep.

En 2016, le syndicat ECF a également créé un diplôme universitaire dédié aux experts-comptables intitulé « Expert en Gestion de Patrimoine », en association avec l’Université d’Auvergne (Aurep) et le CEP (L’Agefi Actifs n°684, p. 16). « Le succès du diplôme ne désemplit pas, la session de 2016 et celle de 2017 qui démarre le 2 octobre 2017 sont complètes avec 35 inscrits chacune », indique Laurent Bénoudiz.

Quant au syndicat Ifec, il a également créé en 2016 le Master 2 « Gestion de patrimoine » – référencé au Répertoire national des certifications professionnelles – en partenariat avec l’IAE de Lyon 3. « Rassemblant onze inscrits en 2016, on en compte actuellement douze, mais les inscriptions se poursuivent jusqu’au 30 septembre et le chiffre pourrait augmenter, sachant que la rentrée se fait le 5 octobre », indique Frédéric Espirat, également enseignant à l’IAE de Lyon.