Edito

Effet chasse d'eau

« Si les appartements haut de gamme trouvent encore preneur, il ne se passe plus rien sur les lots petits et moyens », déplore une notaire basée dans une ville huppée d’Ile-de-France. C’est l’un des signes multiples d’un immobilier rattrapé par le marasme ambiant. Sur le marché résidentiel, le volume des ventes s’est dégradé en 2008 de 30 % dans le neuf et de près de 20 % dans l’ancien, le scénario s’annonçant identique pour 2009. Quant aux prix, ils sont sur une pente de l’ordre de 10 % et, là aussi, l’année nouvelle pourrait faire un copier-coller.