Des députés veulent récompenser l'investissement associatif

L'avantage fiscal serait calculé sur le montant horaire du Smic avec un plafond à 1.000 euros par an.
mohamed Hassan

« De nombreuses associations ne pourront pas reprendre leur activité normalement si les bénévoles ne sont pas de retour après la crise sanitaire que notre pays traverse encore. Fidéliser les personnes souhaitant continuer à s’investir au sein d’une association après cette période compliquée, c’est in fine prodiguer une aide au milieu associatif qui en aura bien besoin. » L'exposé des motifs de la proposition de loi déposée par plusieurs députés des Républicains le 15 juin dernier est limpide, de même que son article unique.

Celui-ci ouvrirait droit à une réduction d'impôt sur le revenu calculée sur la base du montant horaire du Smic et limitée à 1.000 euros par an pour chaque heure de bénévolat effectuée par une personne au profit d'une association. Le manque à gagner pour l'Etat serait compensé par la création d'une taxe supplémentaire sur le tabac.