Cardif écope d'une amende de 2,5 millions d’euros

L'Agefi Quotidien
La commission des sanctions de l'ACPR a relevé des « carences graves » du dispositif de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme.

Cardif Assurance Vie, filiale d'assurance-vie de BNP Paribas, a écopé d'un blâme et d'une sanction de 2,5 millions d'euros en raison de «carences graves» de son dispositif de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme, selon une décision de la commission des sanctions de l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (ACPR), datée d'avril mais rendue publique mardi 4 mai. Selon l'ACPR, ces carences, liées à des difficultés avec un nouveau logiciel mis en place en 2015, «étaient notamment de nature à compromettre la possibilité pour Cardif de respecter ses obligations de vigilance» et de transmission sans délai de déclarations de soupçons à Tracfin. La cellule de lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme rattachée à Bercy a ainsi reçu des déclarations à l'issue de délais jugés «excessivement longs».