Bio c’Bon : les épargnants soutiennent l’offre du groupe Zouari

Un accord envisagé avec le groupe Carrefour n'a finalement pas abouti.
(Adobestock)

Le 13 octobre a minuit marquait donc la date limite pour les candidats à la reprise de Bio C’Bon pour transmettre des offres améliorées par rapport à celles formulées initialement. La réaction des quelques 2.850 épargnants qui détiennent 25 % du capital de l’enseigne ne s’est pas fait attendre.

« Après avoir consciencieusement étudié l’ensemble des offres et s’être entretenu avec les candidats à la reprise de Bio c’Bon qui ont eu la décence de bien vouloir prendre contact avec lui, le collectif Adibio a décidé de soutenir sans réserve l’offre du Groupe Zouari », écrit le collectif dans un communiqué diffusé mercredi 14 octobre en fin de journée.

Une réaction logique puisque l’offre de l’actionnaire de référence de Picard, qui détient également plus de 200 franchises Franprix et Monoprix, est la seule à prendre en compte les intérêts des petits porteurs. Au-delà de la protection des particuliers, le collectif Adibio estime que ce projet est le plus abouti et « le seul qui vise à développer le groupe (1), et non à le démanteler, en préservant sa marque, ses emplois et ses magasins, en s’appuyant sur une connaissance et une vision fine du marché et de ses grands enjeux ».

Le projet d’offre améliorative déposé par la famille Zouari aurait d’ailleurs été fortement inspiré par ses échanges avec le collectif d’investisseurs. Pour rappel, il prévoit la possibilité d’accéder au capital de la structure de reprise jusqu’à 15 % maximum, sans investissement supplémentaire de leur part, mais avec un blocage des fonds pendant 6 ans.

Si un accord avec le groupe Carrefour a un temps été envisagé par Adibio, il n’a finalement pas abouti.

Le soutien des petits porteurs pourrait être déterminant le 16 octobre prochain, date à laquelle le tribunal de commerce de Paris doit examiner l’ensemble des offres et désigner le futur repreneur.

L'affaire en Bref

L'enseigne Bio C'Bon est en redressement judiciaire depuis le 2 septembre 2020. La reprise du spécialiste du Bio pose un sérieux problème à quelques 2.850 épargnants, qui détiennent 25 % du capital de la marque. En 2014, Marne & Finance, qui détient actuellement Bio C'Bon, avait lancé une série de placements pour investir dans l'enseigne, au travers plusieurs sociétés supports, promettant des rendements annualisés très attractifs. Six ans plus tard, les épargnants se retrouvent coincés et risquent de perdre tout ou partie de leur mise estimée à 114 millions d'euros.

(1) L’offre du groupe Zouari prévoit la reprise de l’intégralité des magasins Bio C’Bon, du siège, de l’entrepôt, et de 100 % des emplois. Elle prévoit également 70 millions d’euros d’investissement dans la nouvelle entité.