Bio c'Bon : le groupe Zouari précise sa proposition aux particuliers

Les petits porteurs pourront détenir jusqu'à 15 % de la nouvelle holding mais leurs fonds seront bloqués pendant six ans.
(VDL)

L'heure a sonné ! Les potentiels repreneurs de l'enseigne Bio c'Bon avaient jusqu'au 13 octobre à minuit pour déposer leurs offres amélioratives auprès du tribunal de commerce de Paris en vue de leur examen le 16 octobre prochain. Ces offres étaient particulièrement attendues par les 2.850 épargnants englués dans cette affaire, qui détiennent près de 25 % du capital du spécialiste du Bio, et risquent d'être les oubliés de la reprise. 

Mauvaise nouvelle pour eux, aucun candidat ne semble avoir vraiment amélioré leur offre en prenant en compte leurs intérêts. Seul le groupe Zouari - qui détient 43 % du capital de Picard - s'est donc prêté à l'exercice. Et a détaillé les conditions qu'il allait leur proposer.

15 % du capital de la nouvelle holding

L'actionnaire de référence de Picard devrait ainsi donner aux petits porteurs la possibilité d'investir dans la nouvelle holding qui sera actionnaire de Bio c'Bon. Les épargnants pourraient également bénéficier d'une garantie de liquidité sur leurs titres. En revanche, ils ne pourront pas détenir plus de 15 % du capital de la holding.

La vraie bonne nouvelle est que l'offre améliorative de la famille Zouari n'obligera pas les particuliers à piocher encore une fois dans leur porte monnaie pour devenir actionnaire, ce qui était le cas dans la proposition initiale. De plus, les petits porteurs bénificieront d'actions avec un droit de préférence. Leurs parts ne seront donc pas diluées en cas de modification future du capital de l'entreprise (cession, augmentation du capital, etc.).

Mais attention, la participation au capital de la future holding sera bloquée pendant six ans. En clair, les épargnants ne pourront pas récupérer leurs fonds avant 2026... "Cela va poser des problèmes pour ceux qui souhaitaient sortir en 2020 comme le prévoyait l'investissement initial", explique une source proche du dossier, précisant que ces épargnants pourraient alors se retourner contre les conseillers qui leur ont vendu le placement il y a six ans. D'autant plus que, contrairement aux placements initiaux, aucune promesse de rendement annualisé n'a été évoquée par le groupe Zouari. Ce dernier a tout de même précisé que le prix de sortie sera indexé sur la performance de la société. 

Dernier élémént, qui a son importance, pour être effective l'offre devra être acceptée par au moins la moitié des quelques 2.850 particuliers concernés.

L'affaire en Bref

L'enseigne Bio c'Bon est en redressement judiciaire depuis le 2 septembre 2020. La reprise du spécialiste du Bio pose un sérieux problème à quelques 2.850 épargnants, qui détiennent 25 % du capital de la marque. En 2014, Marne & Finance, qui détient actuellement Bio c'Bon, avait lancé une série de placements pour investir dans l'enseigne, au travers plusieurs sociétés supports, promettant des rendements annualisés très attractifs. Six ans plus tard, les épargnants se retrouvent coincés et risquent de perdre tout ou partie de leur mise estimée à 114 millions d'euros.