Bercy et les banques doivent s'accorder sur l’aménagement du PGE

Amélie Laurin
Prêtes à prolonger l'accès au dispositif de six mois, les banques veulent discuter la proposition du gouvernement de repousser le remboursement des entreprises fragiles.

Mobilisées par le gouvernement dès le confinement, les banques françaises ont de nouveau répondu à l’appel hier. En tout cas pour partie, en acceptant de laisser ouvert le robinet du crédit pour les entreprises mises en difficulté par le couvre-feu et le rétablissement de l’état d’urgence sanitaire. «Les banques soutiennent le report au 30 juin de l’accès aux PGE (prêts garantis par l’Etat, ndlr), annoncé par le président de la République et le ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance», déclarait hier soir un porte-parole de la Fédération bancaire française (FBF).