Plus-values mobilières

Attention au piège des abattements

Rosa Riche, responsable de l'ingénierie patrimoniale, Bordier & Cie
Grâce au jeu des abattements, le contribuable est censé pouvoir réduire son imposition s’il détenait les titres cédés depuis plus de deux ans
En réalité, on s’aperçoit que ces abattements sont soumis aux contributions sociales même avec des moins-values en report
DR, Rosa Riche, responsable de l’ingénierie patrimoniale, Bordier & Cie

Les modalités d’imposition des plus-values sur cession de valeurs mobilières ont été modifiées par la loi de Finances pour 2014. Elles sont désormais taxées au barème progressif de l’impôt sur le revenu, mais le contribuable « vertueux » peut, grâce au jeu des abattements, réduire son imposition s’il détenait les titres cédés depuis plus de deux ans.

Mais si, malchanceux en Bourse les années antérieures, il dispose de moins-values en report, il risque, à sa grande surprise, de ne pouvoir échapper aux contributions sociales.