Baromètre 2014 Facts&Figures

Encéphalogramme plat pour le marché de l’épargne vie individuelle depuis 2008

Les lignes ne bougent guère pour l’assurance vie et la capitalisation individuelle depuis 5 ans. Aucun réseau de distribution, ne se détache, dans sa globalité malgré les deux crises sur les places financières en termes d’évolution de la collecte et des encours. Tels sont les premiers enseignements que l’on peut tirer de du 5I ème baromètre de la société d’étude spécialisée Facts&Figures.
Cyrille Chartier-Kastler, président, Facts & Figures

Situation de marché. 90 % des 27,5 millions de ménages français ont un patrimoine inférieur à 440.000 euros. Les 10 % autres, composant le dernier décile, correspondent au seuil patrimonial au sens de l’Insee. Ces ménages détiennent 38 % du patrimoine immobilier, 56 % du patrimoine financier et 84 % du patrimoine professionnel.

L’assurance-vie concerne réellement près de 14 millions de ménages français.

Les montants annuels moyens d’épargne varient dans un rapport de 1 à 60 entre la clientèle standard et la clientèle du ressort de la gestion privée.

Une évolution lente vers la clientèle gestion privée. L’Evaluation F&F du poids des segments de marché en termes de chiffre d’affaires montre une évolution légèrement positive vers la clientèle gestion privée. Entre 2007 et 2012, la part du chiffre d’affaires est passée de 18,49 % à 21,21 % pour la clientèle gestion privée, de 31,09 % à 29,29 % pour la clientèle patrimoniale et de 50,42 % à 49,49 % pour la clientèle standard. La part des encours sur la même période a évolué respectivement de la façon suivante : de 14,93 % à 17,73 % (G Privée) ; de 32,26 % à 30,95 % (Patrimoniale) et de 52,81 % à 51,31 % (Standard).

Des parts de marché stables. Entre 2008 et 2012, les parts de marché par réseaux ont évolué de la façon suivante :

- Bancassureurs de 54 à 51 %,

- Courtiers vie CGPI / partenariats de 28 % à 30 %,

- Filiale vie MSI de 5 à 7 %,

- Réseau salariés vie de 7 à 6 %,

- Agents généraux de 4 à 5 %.

Structure de l’activité par mode de distribution. En se concentrant sur la bancassurance et les cGPi/partenariats, l’activité selon les typologies de clientèle se situe de la façon suivante en 2012 :

- Bancassurance : clientèle standard 50 %, patrimoniale 26 % et gestion privée 24 %. Soit une évolution respective par rapport à 2008 de -5 points, +2 points et +3 points

- Courtiers, CGPI et Partenariats : clientèle standard 37%, patrimoniale 40 % et gestion privée 23 %. Soit une évolution respective par rapport à 2008 de +4 points, - 2 points et - 2 points.

Les MSI hors jeu sur les unités de compte. L’évolution dans la collecte des unités de compte en % de 2008 à 2012 est la suivante. Elle passe de 16 à 14 % pour la bancassurance, de 21 à 23 % pour les partenariats courtiers et CGPI, reste stable à 22 % pour les réseaux salariés, et quasi stable pour les agents (de 21 à 22 %). Elle s’effondre pour les Mutuelles sans intermédiaires (de 13 à 3 %).

Les patrimoniaux mieux servis en rendement sur les fonds en euros. L’évolution des taux des fonds en euros classiques montre les résultats suivants. Sur la période 2007 – 2013, la moyenne de marché passe de 4,14 % à 2,78 %. Elle passe de 4,19 % à 2,97 % pour les contrats Patrimoniaux, de 4,32 % à 2,89 % pour les contrats gestion privée et de 4,10 % à 2,69 % pour les contrats standard.