Le Gema se méfie de l’euro-croissance

Le Groupement des entreprises mutuelles d’assurance a fait connaître sa position concernant ces nouveaux contrats. Il a prévenu : « le GEMA ne partage pas l’analyse à la mode selon laquelle l’épargne investie en euros ne financerait pas l’économie : elle ne finance peut-être pas beaucoup l’achat d’actions (cotées ou non cotées) mais elle finance abondamment l’économie comme tous les émetteurs de dettes publiques ou privées le savent bien ».

Si les sociétés vie du Gema ne rejettent pas cette nouveauté et souhaitent participer à sa diffusion, c’est à la condition « que l’on dispose assez vite de l’ensemble des textes règlementaires nécessaires pour lancer ce produit. » A défaut, le Géma a annoncé que « les sociétés-vie du GEMA se gardent bien de faire des annonces, ou des prévisions sur leur collecte future de contrats euro-croissance »