Pierre Papier

Primonial Reim s’attaque aux secteurs porteurs

Investie en direction de la santé et de l’éducation, Primovie vise un objectif de collecte de 100 millions d’euros - La société, qui entend faire partie des grands du secteur, lance ainsi sa troisième SCPI depuis 2011.

Aprèsavoir lancé la commercialisation d’une SCPI Scellier en mai 2011 et d’une SCPI de murs de magasins en janvier 2012, la société de gestion a décidé d’investir le créneau de la santé et de l’éducation avec Primovie, une nouvelle SCPI à capital variable. Les investissements de ce véhicule devraient couvrir un grand nombre de domaines, pourvu que ses locataires exercent une activité en relation avec ces deux thèmes, de la petite enfance jusqu’à la retraite. Primonial Reim vise ainsi l’acquisition de crèches privées, d’écoles, de centres de formation, de résidences étudiantes, de cliniques, de laboratoires, de centres de santé, de maisons de retraite ou encore de résidences senior.

Des secteurs « aux modèles économiques divers mais aux problématiques communes »,explique Daniel While, responsable de la formation des réseaux de Primonial : toutes ces activités, jugées décorrelées des cycles économiques, devraient connaître une demande croissante - et non délocalisable - et des besoins de financements privés importants, l’Etat risquant de réduire les siens. Ouverte à la souscription depuis le 23 août 2012, la SCPI vise un objectif de rendement aux alentours de 5,10 % net de frais de gestion. « A terme, Primovie devrait également être disponible en unités de compte dans certains contrats d’assurance vie, comme le sont déjà Primopierre et Patrimmo Commerce », précise-t-il.

Une stratégie d’investissement en deux temps.

Primonial Reim nourrit de grandes ambitions : constituer en deux ans un patrimoine immobilier de l’ordre de 100 millions d’euros. Tous les réseaux de distribution du groupe seront mis à contribution : les réseaux internes comme WFinance par exemple, acquis auprès d’Allianz en 2011, ainsi qu eles indépendants partenaires.

D’après Laurent Flechet, président du conseil d’administration de la société de gestion, le produit intéresserait même les milieux associatifs. Il est vrai que les principaux souscripteurs au capital initial de la SCPI ne sont autres que les missions étrangères de Paris et les associations diocésaines de Nîmes et d’Annecy… Des discussions avec quelques mutuelles sont également en cours.

L’externalisation des murs par les exploitants est un phénomène grandissant que Primonial Reim compte bien exploiter pour dénicher des opportunités d’investissement dans tous les domaines d’activités visés par la SCPI, petites et grandes structures, les cabinets médicaux comme les maisons de retraite.

Concernant la stratégie d’investissement, les acquisitions s’opéreront en deux temps : d’abord de petites unités (crèches, pharmacies, laboratoires) dont le prix varie de 1 à 10 millions d’euros environ, puis des actifs de plus grande taille (résidences étudiantes, cliniques, maisons de retraite) lorsque la capitalisation de la SCPI sera plus importante.