Pas de trou d'air pour le PER assurantiel

Mathilde Castagna
Sur le mois d’août, les cotisations des Plans d’épargne retraite (PER) assurantiels atteignent 535 millions d’euros, c’est 45% de plus que sur la même période en 2021.
(Adobestock)

Contrairement à l’assurance vie (lire par ailleurs), le PER ne connait pas la crise. Le support d’épargne retraite assurantiel, produit phare de la loi Pacte, enregistre sur le mois d’août 2022 une collecte nette de 424 millions d’euros. Depuis le début de l’année, elle s’élève à 3,5 milliards d’euros, selon les chiffres de France Assureurs.

Et à cette course contre le temps, les assureurs ne comptent pas cacher leur ambition. A fin mars 2022, ils dominaient déjà le marché puisque hors transferts de contrats, 88% des nouveaux PER souscrits l’avaient été auprès d’un assureur. Laissant les 12% restants aux banquiers et autres institutions.

Sur le mois d’août, le marché des PER commercialisés par les entreprises d’assurance affiche 48.900 assurés supplémentaire et 856 millions d’euros de versements. Au sein de ses résultats, la fédération comptabilise 38.300 nouveaux contrats et 10.600 transferts d’ancien contrat d’épargne retraite vers le support créé par la loi Pacte. Au total, sur le mois d’août, les cotisations reçues via les nouvelles souscriptions s’élèvent à 535 millions d’euros et les sommes transférées d’un ancien à un nouveau contrat à 321 millions d’euros.

Toujours selon les chiffres de France Assureurs, fin août 2022, 3,5 millions d’assurés détenaient un PER pour un encours de 43,6 milliards d’euros.