Les rétrocessions perçues sur les UC augmentent en 2022

Le niveau moyen de rétrocessions sur les unités de compte s’est accru pour l’ensemble des distributeurs en 2022. Il passe de 0,73% à 0,78% pour les CGP individuels.
Fotolia

Le marché de l’assurance vie continue sa mutation. Après une année 2020 en demi-teinte, le secteur retrouve ses niveaux de collecte d’avant crise, porté notamment par le segment patrimonial et gestion privée.

Selon le baromètre de l’épargne vie individuelle publié par Facts & Figures, en 2021, la collecte brute du marché de l’assurance vie patrimoniale atteint 54 milliards d’euros, contre 45,2 milliards d’euros l’année précédente. Elle dépasse de 14,5 milliards d’euros la collecte brute de l’épargne standard. «Près de 55% des encours d’assurance vie sont désormais détenus par la tranche de 10% des ménages français à dimension patrimoniale ou gestion privée», détaille le baromètre. L’épargne standard représente désormais moins de 30% du marché de l’épargne individuelle, contre 50% il y a encore quelques années. Le cabinet de conseil spécialisé en assurance explique en partie cette mutation par la volonté du marché de pousser les unités de compte au détriment des fonds en euros.

Ce dernier n’a pourtant pas dit son dernier mot. Pour 2022, Facts & Figures anticipe un taux moyen servi sur les fonds euros classiques de contrats d’assurance vie individuels compris entre 1,60% à 2%. Il devrait ainsi s’aligner avec la performance du livret A. Pour rappel, en 2021, les taux moyens servis sur les fonds en euros classiques étaient de 0,99% en épargne standard, 1,15% en patrimonial et 1,16% en gestion privée.

Concernant les unités de compte, elles continuent à gagner du terrain au sein de la collecte brute. Les marchés financiers ayant connu une année dynamique en 2021, plus de 43% des sommes collectées en gestion privée ont été dirigées vers ce type de support. C’était le cas pour 41% de la collecte brute en épargne patrimoniale. Le segment de l’épargne standard reste, quant à lui, en retrait avec un taux d’unités de compte de 28% sur l’année.

Sonnette d’alarme sur les frais

Cependant, le cabinet de conseil alerte sur le retournement des marchés financiers et met en garde les distributeurs sur le niveau des frais. Selon Facts & Figures, prouver la pertinence des offres et des frais appliqués sur les unités de compte pourrait devenir « compliqué ».

A titre d’exemple, sur la première partie de l’année 2022, le niveau moyen des frais courants internes aux unités de compte s’est d’ores et déjà accru. D’après le cabinet de conseil, il est passé de 1.97% à 2.05% pour les CGP individuels. Le niveau moyen de rétrocessions sur les UC croît lui aussi à 0.78% en 2022, contre 0.73% l’année précédente pour le même type de distributeur.

Le PER, doucement mais surement

Finalement, le PER continue son ascension mais ne pèse toujours pas plus que 1% des encours d’assurance vie. Consommateur d’unités de compte – 61% de la collecte brute a été dirigée vers des UC en 2021 - le marché de la retraite individuelle enregistre une collecte de 6.6 milliards d’euros, contre 3.2 milliards en 2020 et 0.4 milliards en 2019.