Les compagnies d’assurance préparent la baisse des rendements des fonds en euros

L'Agefi Quotidien
Contrairement à ce qu’il s’est passé en 2018, les assureurs vont diminuer le rendement offert par les fonds en euros en 2019

Cela fait maintenant plusieurs années que les assureurs sont confrontés au problème des fonds en euros, qui offrent aux souscripteurs non seulement une garantie du capital, mais aussi des rendements très élevés, comparé au niveau des taux d’intérêts. Jean-Laurent Granier, le PDG de Generali, a d’ailleurs déclaré dans un entretien aux Echos que «le modèle de la sécurité absolue, de la liquidité permanente, de la garantie totale et à tout instant du capital (…) est à bout de souffle». Des paroles qu’assénaient déjà mi-septembre Eric Pinon, président de l’association française de gestion (AFG), et Sébastien Raspiller, chef du service du financement de l’économie à la direction du Trésor, dans une conférence sur l’éducation financière.

Ce qui est maintenant devenu un discours de Place devrait préparer les investisseurs particuliers, en 2019, à toujours plus d’incitations à se diriger vers les unités de compte – en fermant parfois certains fonds en euros - et à des baisses bien plus importantes des taux servis par les fonds en euros que ce qu’ils avaient l’habitude de constater jusqu’à présent. Generali a confirmé à L’Agefi ce mouvement à venir sur ses contrats, mais tous les acteurs de l’assurance vie semblent résolus à prendre cette voie. «Les clients comprennent progressivement que ce n’est pas le fonds en euros qui leur procurera le rendement dont ils ont besoin pour la retraite», constate Olivier Mariée, directeur commercial d’Axa France. «Il y aura bien des ajustements à la baisse cette année sur les rendements des fonds en euros», continue-t-il, mais sans en préciser l’ampleur.

Dès le mois de juillet, Cyrille Chartier-Kastler, fondateur du cabinet Facts & Figures mettait en garde contre une possible baisse des rendements des fonds en euros à 1,4% cette année, contre les 1,8% servis en 2017 et 2018. Un chiffre pour 2019 confirmé aujourd’hui par de grands acteurs de la place, surtout dans la perspective de la baisse du taux du Livret A qui a toutes les raisons d'intervenir le 1er février 2020. «La profession a fait une erreur en ne baissant pas les taux des fonds en euros l’année dernière. Elle se rattrape cette année», précise Cyrille Chartier-Kastler.