Les assureurs mettent 200 millions d’euros sur la table

Capucine Cousin
Sous la pression de Bercy, ils ont annoncé lundi 23 mars de nouveaux engagements pour aider les entreprises et les indépendants pénalisés par l'épidémie.
Bloomberg

Les assureurs vont donc bien mettre la main à la poche. Ils vont contribuer à hauteur de 200 millions d'euros au Fonds de solidarité visant à soutenir les PME et les indépendants pénalisés par l'épidémie de coronavirus en France, ont annoncé, lundi, la Fédération française de l'Assurance (FFA) et le ministère de l'Economie et des Finances dans des communiqués distincts. Cela fait suite à un entretien téléphonique entre Bercy et la FFA. Ce fonds de solidarité mis en place par le gouvernement a, pour l'instant, été doté de 2 milliards d'euros, pour les mois de mars et avril.

Les acteurs du secteur de l'assurance en France se sont également engagés à différer le paiement des loyers pour les TPE et PME dont l'activité commerciale non indispensable est interrompue depuis la mi-mars, ainsi qu'à maintenir les garanties d'assurance des TPE confrontées à des difficultés ou des retards de paiement.

En outre, ils prendront en charge à compter de ce lundi les indemnités journalières des personnes en affection de longue durée et des femmes enceintes placées en arrêt de travail dans la limite de 21 jours, une mesure qui représentera une charge exceptionnelle pour le secteur.

Déjà la semaine dernière, Bercy avait dû mobiliser les assureurs, peu prompts à émettre des propositions. Mercredi dernier, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire indiquait lors d'une conférence téléphonique avec la presse vouloir «mettre à contribution» les assureurs sur la perte d'exploitation sans dommages. Et insistait: «J'ai fait remarquer à la présidente de la FFA il y a deux jours que nous attendons les propositions des assureurs pour participer à la solidarité nationale».

Toute la difficulté, pour la FFA, a été de trouver une réponse commune chez les assureurs, contrairement à la Fédération Bancaire Française (FBF), indiquait récemment à L’Agefi une porte-parole. La FFA ayant bien plus de membres avec des profils différents que les banques – qui ont dévoilé dès le 15 mars leur plan d’urgence économique commun - elle a dû assurer une communication plutôt assureur par assureur ces derniers jours.

Bruno Le Maire a salué ces différents engagements. Et précisé attendre «désormais des propositions innovantes de la part des assureurs pour concevoir un produit d'assurance qui permettra d'améliorer la couverture des risques sanitaires majeurs à l'avenir.»