Le Secours Catholique fait ses premiers pas dans l’assurance vie

L’institution lance une association d’épargnants et un contrat en partenariat notamment avec Generali.

Le Secours Catholique veut une «révolution fraternelle». Dans sa volonté de réduire toutes les causes de pauvreté, l’institution a décidé de s’attaquer de front à la finance. Elle a annoncé ce mardi 15 janvier le lancement de Kaori, une association d’épargnants et de Kaori.Vie, un contrat d’assurance vie assuré par Generali.

Les épargnants ont la parole

L’association d’épargnants Kaori permettra à ses adhérents d’accéder à des produits d’épargne responsable sélectionnés en fonction d’un cahier des charges strict établi par le Secours Catholique. Elle sera ouverte à tous ceux qui souhaitent donner du sens à leurs investissements, moyennant une faible cotisation annuelle de 20 euros. Cette adhésion leur permet de prendre part à la vie de l’association mais surtout d’exprimer leurs attentes en matière de gestion extra-financière et d’orienter la sélection des supports en unités de compte. «À l’argent qui dort, le Secours Catholique-Caritas France préfère l’argent qui agit, indique l’association dans son communiqué de presse. Grâce à Kaori, chacun peut se créer une épargne de précaution et de conviction ! Faire fructifier son argent tout en faisant du bien à la société et à la planète.»

Pour l’heure, les adhérents peuvent retrouver un unique produit : Kaori.Vie, un contrat d’assurance vie lancé avec Generali, qui veut incarner «une vision alternative et humaniste de la finance». «Les supports en unités de compte [sélectionnés] permettent d’investir ou de prêter à des entreprises qui contribuent à changer la société́ en excluant les acteurs les plus polluants et en privilégiant ceux dont les pratiques sont parmi les plus vertueuses, ceux qui s’adaptent pour lutter contre le réchauffement climatique et qui favorisent l’utilité́ sociale», explique le Secours Catholique.

Les épargnants auront le choix entre 27 fonds choisis après une analyse rigoureuse menée par le cabinet de conseil en investissement Amadeis. «Nous avons développé une méthode de sélection spécifique au Secours Catholique», a révélé Alexandre Lengereau, co-fondateur et président de la société, lors d'une conférence de presse de présentation. Le label ISR étant «de plus en plus galvaudé» selon lui, il a détaillé les trois couches de filtres auxquels ils ont dû recourir pour «trier le bon grain de l’ivraie».

Première couche : des filtres quantitatifs, pour éliminer les fonds inférieurs à trois ans, avec moins de 50 millions d’euros d’encours et une structure juridique «exotique». Amadeis a ensuite utilisé une évaluation interne pour faire sortir de cet univers les meilleurs élèves en fonction de trois critères (profil ESG/climat satisfaisant, flux d’épargne investie positif et rapport risque/performance convenable). Enfin, les sociétés de gestion ont également été passées au peigne fin. Leur réputation, processus de sélection des valeurs et équipes de gestions ont notamment été analysés.

Parmi les heureux élus, on retrouve des sociétés bien connues de la finance responsable (Sycomore, Ecofi, Mirova…). Le fonds cultuel Federal Ethi-Patrimoine de Federal Finance Gestion s’est également glissé dans la liste. Côté fonds en euros, Generali propose deux options : Eurossima et Netissima. Les souscripteurs pourront opérer leur allocation eux-mêmes ou opter pour la gestion pilotée. Au-delà de deux profils de risque classiques (modéré ou dynamique), ils auront le choix entre trois thématiques: Priorité Terre (entreprises participant le plus à la préservation de l’environnement), Humain (celles qui placent l’Homme au centre de leurs préoccupations) et Exemplarité (celles ayant les meilleures pratiques ESG).

Kaori Vie sera distribué par le courtier associatif ASAC-FAPES, «choisi pour son expertise et son implication de longue date dans le monde associatif ainsi que pour sa totale indépendance vis-à-vis des assureurs et des banques», a vanté Véronique Fayet, présidente de Kaori. Accessible entièrement en ligne dès 500 euros, le contrat ne présente aucun frais sur versement ou d’arbitrage. 0,8% seront prélevés pour la gestion, 0,3% de plus pour la gestion pilotée, sans oublier les frais des unités de compte.  

«Écarter le voile opaque de la finance»

Au cours de la conférence, Véronique Fayet a insisté sur l’engagement des épargnants dans ce contrat. «Nous voulons rendre la finance aux citoyens. Nous poserons beaucoup de questions à nos partenaires mais eux-aussi nous formerons aux mécanismes de finance que nous ne connaissons pas», a-t-elle expliqué, évoquant un «partenariat gagnant-gagnant».

Mais pousser des épargnants à s’engager dans leur contrat d’assurance vie n’est pas chose facile. Peu sont enclins à mettre le nez dans les reportings des fonds sous-jacents et encore moins sont capables d‘en comprendre toutes les ficelles. Interrogé sur ce point, François Soulage, ancien président du Secours Catholique et membre du conseil d’administration de Kaori, s’est voulu optimiste dans la culture participative de l’association. «Nous avons déjà lancé une foncière, Caritas Habitat ainsi qu'une fondation et nous observons que les investisseurs sont engagés et posent des questions. Nous sommes confiants que nous arriverons à ce même résultat avec ce nouvel outil», a-t-il appuyé. Véronique Fayet a ajouté que du contenu pédagogique à destination des épargnants pourrait être développé afin de les aider à «écarter le voile opaque de la finance».