L’Afer veut donner plus de sens à l’épargne de ses adhérents

Gaétan Pierret
Réélu à la présidence de l'association, Gérard Bekerman a annoncé le lancement d'unités de compte tournées vers la transition écologique ou l'ESG.

Au lendemain de sa réélection à la présidence de l'Afer, Gérard Bekerman a détaillé ce jeudi les orientations stratégiques de l’association. Avec un nouveau credo : redonner du sens à l’épargne des adhérents. Pour cela, l’offre en unités de compte sera complétée par de nouvelles UC, tournées vers la transition écologique et numérique, la responsabilité sociale et de gouvernance, la french tech et le financement des PME. Cette orientation répondrait à une demande des adhérents. Ils seraient prêts à «sacrifier un peu de performance pour plus de sens», selon le président de l'Afer, qui précise tout de même qu’« une bonne action peut être une bonne affaire ».

Gérard Bekerman a également prévenu que l’Afer se positionnera comme le défenseur du statut juridique de l’assurance-vie. L’enjeu est de préserver son régime juridique des successions et ses atouts fiscaux que certains députés et sénateurs aimeraient modifier selon lui, au détriment des épargnants les plus modestes.

A contre-courant de l’opinion générale, il a ardemment défendu le fonds en euros. «Nous ne partageons absolument pas la position de la plupart des assureurs. Il est indigne de tourner le dos aux fonds en euros alors qu’ils ont donné satisfaction pendant 40 ans», s’est-il ému. Sa conviction est qu’ils ont encore leur place dans l’épargne des Français, qu’il faut toutefois accompagner et prévenir. «Il faut être dans la pédagogie, pour faire comprendre que la sécurité ne rémunérera plus comme les 40 dernières années», a-t-il préconisé.

A noter également que les adhérents se sont déclarés pour une baisse des frais de versement (de 2% à 0,5%) et le maintien des frais de gestion historiques à 0,475%, inchangés depuis la création de l’association en 1976. Les frais des unités de compte ont toutefois augmenté et s’établissent désormais à 0,95%.

Le président de l'Afer a confirmé le lancement à venir d’un PER en partenariat avec son assureur Aviva. «Nous sommes prêts à le proposer à nos adhérents, nous l’avons déjà voté», a-t-il indiqué. Ses frais devraient s’élever à 3% et sa commercialisation débuter dès que la souscription en ligne sera disponible.

Enfin, Gérard Bekerman a annoncé la fin de la migration du système informatique du GIE Afer, géré par Aviva. La migration avait déclenché des problèmes informatiques fin 2019, gelant les opérations des adhérents pendant plusieurs semaines.