L’Afer adoube Aéma et rappelle ses exigences

Bertrand De Meyer
Le groupe mutualiste a signé jeudi le contrat de cession des titres d’Aviva France. Philippe Sorret sera nommé directeur général à l’issue de l’opération.
Gérard Bekerman, Président de l'Afer

«Notre futur partenaire est sans réserve notre préféré.» L’avis du président de l’Association française d'épargne et de retraite (Afer) sur Aéma, qui va reprendre les activités d’Aviva France, était attendu. Et Gérard Bekerman n'a pas été avare de superlatifs à destination du groupe mutualiste, avec lequel l’Afer «partage un ADN certainement compatible et complémentaire». Aéma a ainsi été peint comme respectant les engagements de l’association concernant le respect du paritarisme, la performance du fonds général, la résolution des contentieux sur les contrats à cours connus et la volonté de donner plus d’engagement aux adhérents dans l’association. Au contraire, il a taclé Aviva France et «la grande volatilité des dirigeants depuis quinze ans ainsi que ses courtes vues».

Evolution de la gouvernance

«ll faudra partager nos expériences dans le sens de l’intérêt général et ne pas être égoïste», a tout de même prévenu Gérard Bekerman. Concrètement, s’il n’est pas prévu de modifier les conditions générales du contrat d’assurance Afer, un UC (unité de compte) ayant vocation à réunir les deniers des adhérents qui le souhaiteraient dans la maison commune pourrait voir le jour. «Nous avons la volonté de bâtir une proposition d’épargne assurance-vie de demain», a affirmé Adrien Couret, directeur général d’Aéma. L’Afer entend tout de même gagner des adhérents et atteindre la barre du million d’ici à trois ans grâce à «cette source d’enrichissement mutuelle».

Aéma groupe a par ailleurs indiqué jeudi avoir signé le contrat de cession des titres d’Aviva France pour un montant de 3,2 milliards d’euros. Il était rentré en négociations exclusives le 23 février 2021, son offre ayant notamment été préférée à celle du duo Athora-Allianz. Si elle reste soumise aux autorisations réglementaires, «la réalisation de la transaction est attendue d’ici la fin de l’année 2021». Avec cette acquisition, qui contient les 756.620 adhérents de l’Afer et ses 54,4 milliards d’euros d’encours sous gestion, le groupe mutualiste fera son entrée dans le top 5 des groupes d’assurances en France (16 milliards d’euros de chiffre d’affaires).

Pour mener à bien l’intégration, Philippe Sorret sera proposé à l’issue de l’opération au conseil d’administration d’Aviva France pour remplacer Patrick Dixneuf à la direction générale. Directeur général délégué d’Ecore depuis 2017, numéro deux du recyclage en France, il avait occupé le poste de directeur général délégué d’Aviva France entre 2005 et 2010.