La collecte en assurance vie retrouve une dynamique positive en septembre

Bertrand De Meyer
Les unités de compte tirent une nouvelle fois la collecte qui traduit toujours plus la réallocation des fonds euros vers les UC.
Fotolia

La collecte en assurance vie repart timidement de l’avant. Selon les chiffres publiés vendredi par France Assureurs, la collecte nette en assurance vie s’établit à 0,5 milliard d’euros sur le mois de septembre 2022, après une décollecte de 0,7 milliards d’euros au mois d’août 2022, qui avait marqué une première décollecte depuis septembre 2020 et une période marquée par le Covid-19. Dans le détail, les cotisations en assurance vie s’établissent à 10,8 milliards d’euros (-0,5 milliard sur un an) et les prestations à 10,3 milliards d’euros (+0,6 milliard sur un an). Depuis le début de l’année, la collecte nette atteint 12,6 milliards d’euros, en baisse de 2,5 milliards d’euros sur un an.

Ce retour dans le positif doit son salut aux unités de compte (UC). Au mois de septembre, la collecte nette en UC ressort à 2,5 milliards d’euros contre une décollecte de 2 milliards d’euros pour la part en euros. Depuis le début de l’année, elle est de 27 milliards d’euros sur les UC (+1,3 milliard d’euros sur un an) et de -14,4 milliards d’euros pour le part en euros (-3,9 milliards d’euros sur un an).

Risque de décollecte

Dans son rapport annuel, le Haut Conseil à la stabilité financière (HCSF) justifie cette dynamique par l’inflation :«Le taux réel des contrats en fonds euros devrait ainsi être négatif en 2022 et cela pour la deuxième année consécutive. Cette situation pourrait participer à la poursuite de la réorientation des placements des fonds euros vers les fonds UC observée depuis fin 2019 si le rendement réel de ces derniers s’avère plus élevé́.» «La décollecte nette sur les fonds en euros est une tendance que nous observons depuis quelque temps et qui correspond à une volonté de diversification des épargnants qui, dans un environnement où les taux étaient bas, cherchent une espérance de rendement supérieure», abonde Franck Le Vallois, directeur général de France Assureurs.

Face à la hausse de la rémunération des produits d’épargne réglementés et à la hausse des taux d’intérêt, qui pourrait entraîner des mouvements de rachat d’assurance vie, Franck Le Vallois se veut rassurant le risque de décollecte. « L’assurance vie est un produit d’épargne de long terme qui doit s’apprécier et se juger sur ce long terme et non pas sur du court terme en tenant compte des effets de la volatilité ou des variations que l’on peut observer sur des facteurs exogènes », défend le dirigeant.

3,5 millions d’assurés détiennent un PER

En outre, Au cours des trois premiers trimestres de l’année, 275 000 contrats d’assurance vie ont été transférés dans le cadre de la loi PACTE. Finalement, l’encours d’assurance vie s’établit à 1.808 milliards d’euros fin septembre 2022, contre 1847 milliards d’euros fin septembre 2021.

Dans le même temps, le Plan d’épargne retraite (PER) assurantiel maintient sa dynamique positive. Le marché́ des PER commercialisés par les entreprises d’assurance enregistre 58 100 assurés supplémentaires et 862 millions d’euros de versements sur le mois de septembre 2022, dont 46.700 nouveaux assurés (583 millions d’euros de cotisations) et 11.400 transferts d’anciens contrats vers un PER (279 millions d’euros). La collecte nette des PER s’élève finalement à 449 millions d’euros en septembre et 3,9 milliards d’euros depuis le début de l’année pour un total de 3,5 millions d’assurés détenant un PER et un encours de 43,4 milliards d’euros.