La collecte de l'assurance vie se redresse en décembre

Le bilan de l'année 2020 reste cependant très négatif avec une décollecte nette de -6,5 milliards d'euros.

La messe est dite. La Fédération française de l'assurance (FFA) a publié lundi 25 janvier les chiffres de la collecte de l'assurance vie pour le mois de décembre 2020. A 550 millions d’euros, il s’agit de la première collecte nette mensuelle positive depuis le début de la crise sanitaire, un chiffre qui confirme la tendance des deux derniers mois marquant un retour progressif à l’équilibre.

En décembre, les cotisations en assurance vie s’élèvent à 12,8 milliards d’euros, avec une proportion des supports en unités de compte atteignant 37 %. Le montant des prestations versées atteignent ellles 12,3 milliards d’euros.

Une année à oublier

Pour autant, pour l’ensemble de l’année 2020 :

- La collecte nette reste négative et s’établit à −6,5 milliards d’euros, le plus mauvais résultat enregistré par ce placement depuis 1990. On est très loin des +21,9 milliards d’euros de 2019 !

- Les cotisations en assurance vie atteignent 116,3 milliards d'euros (contre 144,6 milliards d'euros en 2019). Le montant investi sur les supports en unités de compte représente 40,1 milliards d’euros, soit 34 % des cotisations, un pourcentage en hausse par rapport à 2019 (28 %).

- Les prestations versées s’élèvent à 122,8 milliards d’euros (122,7 milliards d’euros en 2019).

A la fin de l’année 2020, l’encours des contrats d’assurance vie s’élève à 1.789 milliards d’euros. La part de cet encours investie dans des actifs d’entreprises (actions, obligations, immobilier) dépasse les 60 %. "C’est par conséquent près de 1.100 milliards d’euros qui contribuent au financement des entreprises", précise la FFA dans un communiqué.

Alors qu'un nouveau confinement semble se dessiner, la prudence reste de mise en ce début d'année. L'épargne de précaution devrait continuer à tourner à plein régime, même si une réorientation vers l'assurance vie peut être espérée pour le second semestre. "La baisse des taux de rendement des fonds euros qui est un peu moins forte que prévu ne devrait pas avoir de lourdes incidences sur la collecte, les unités de comptes devraient maintenir le cap d’autant plus que les marchés « actions » demeurent pour le moment bien orientés", note pour sa part Philippe Crevel, directeur du Cercle de l'épargne.