La clientèle patrimoniale plébiscite (toujours) les livrets et l'assurance vie

À l’approche du salon Patrimonia, qui se tient les 27 et 28 septembre à Lyon, le groupe Perl publie les résultats d’une étude Ipsos menée auprès des Français dits « patrimoniaux ». Profils, placements, projets d’investissements... cette clientèle est scrutée à la loupe.

Qui sont les Français patrimoniaux aujourd'hui ? Le groupe Perl publie une enquête, avec Ipsos(1) sur cette clientèle de choix pour les conseillers. Sans réelle surprise, les produits qu'ils privilégient sont le livret d’épargne (82 %), devant l’assurance vie (70 %) et le Plan d’épargne logement (PEL). Près de 7 sur 10 sont multibancarisés et 23 % détiennent un compte dans une banque en ligne.

Côté immobilier, ils sont à 79 % propriétaires de leur résidence principale, et pour 64 % d’entre eux n’ont pas de crédit en cours. Par ailleurs, 39 % ont déjà réalisé un investissement immobilier, précise l’étude. Parmi les dispositifs les plus utilisés : la loi Pinel (13 %), devant l’investissement dans un logement ancien avec travaux (12 %), l’investissement dans un logement ancien sans travaux (10 %), et les SCPI (9 %). Ainsi, l’immobilier continue d’attirer les investisseurs, à la recherche avant tout de rentabilité ( 31%) et de sécurité (21 %). « Ces deux critères, privilégiés par les investisseurs, sont des vecteurs de décisions importants. Ce sont également deux atouts de taille pour l’investissement immobilier, qui est une des seules solutions conjuguant efficacement à ces deux attentes », analyse Thomas de Saint Leger, président de Perl. 

Pour arbitrer leurs choix, la moitié de ces particuliers gèrent leur patrimoine de manière autonome (51 %). La seconde moitié privilégie quant à elle « le contact physique, que ce soit auprès d’un expert (27 %) ou d’un membre de leur entourage (22 %) », selon Perl. « Les Français Patrimoniaux font plutôt appel à des professionnels, notamment des conseillers en gestion de patrimoine, tandis que les investisseurs plus jeunes vont privilégier les conseils de leur entourage avant d’investir », précise Fabienne Simon, directrice générale adjointe d’Ipsos Public Affairs.

Les CGP occupent alors « toujours une place de choix » : les attentes vis-à-vis de ces experts se concentrent avant tout sur une relation de confiance (58 %), et des conseils personnalisés (52 %). Critères qui semblent être au rendez-vous : « 87 % des Français interrogés expriment leur satisfaction quant à la personnalisation des conseils prodigués par leur CGP, 85 % saluent leur expertise, et 67 % sont satisfaits de la rentabilité des investissements proposés », conclut l’enquête.

(1) Méthodologie : Etude Ipsos réalisée online, du 19 au 25 juillet, auprès de 250 Français Patrimoniaux & 250 Access Patrimoniaux. Afin d’assurer la représentativité de chacune des 2 cibles, un redressement a été appliqué sur la base de données issues de l’Insee (sexe, âge du chef de famille et région). Pour les lectures sur le total des deux cibles, chacune a été pondérée à son poids réel (34% Patrimoniaux / 66% Access Patrimoniaux).