Generali maintient son cap malgré la mise à l’arrêt de l’Italie

Amélie Laurin
Le lion de Trieste veut garder son mordant, même si sa solvabilité souffre des incertitudes sur la dette publique.

Le coronavirus n’a pas - encore - eu raison des ambitions du premier assureur italien. «Generali a clôturé 2019 avec le meilleur résultat opérationnel de son histoire et une excellente solidité financière (…). (...) Nous sommes sur la trajectoire pour atteindre tous les objectifs du plan stratégique Generali 2021», a déclaré vendredi Philippe Donnet, directeur général du groupe, lors de son bilan annuel. Le groupe a atteint un bénéfice opérationnel record de 5,2 milliards d’euros en 2019, en hausse de 6,9% sur un an. Sa feuille de route 2021 prévoit une croissance du bénéfice par action de 6% à 8% par an. L’assureur s’en tient aussi à son objectif de consacrer 3 à 4 milliards d’euros à des acquisitions, en profitant éventuellement de la baisse des valorisations.

Pourtant, l’impact du coronavirus sur les marchés boursiers et la dette des Etats va fragiliser son bilan. Le ratio de Solvabilité 2 a fondu de 224% à 200% entre le 31 décembre 2019 et le 6 mars... avant le krach boursier. Ce reflux est lié à une acquisition au Portugal, mais aussi à la baisse de rendement des obligations souveraines italiennes. Generali détenait 62,7 milliards d’euros de titres de l’Etat italien fin 2019 et compte maintenir son exposition à ce niveau. Leader du marché de l’assurance en Europe aux côtés d'Axa et de l’Allemand Allianz, Generali concentre aussi 33 milliards d’euros de bons du trésor de la France, son troisième marché derrière l'Allemagne. En France, le groupe a pu renforcer ses fonds propres grâce au coup de pouce de Bercy aux assureurs-vie, pénalisés par la baisse de rendement de leurs fonds en euros. L’intégration de la PPE (provision pour participation aux excédents) de ces contrats a permis de gonfler les fonds propres du groupe de 900 millions d’euros l'an dernier. A l’inverse, la décote progressive sur plus-values latentes de l’épargne retraite en France a amputé le capital de 600 millions d’euros. Generali France ne dévoile pas son ratio de Solvabilité 2 à fin décembre. Mais contrairement à plusieurs compagnies plombées par les taux bas (Aviva France, Sogécap, Survavenir…), «nous n’avons pas été recapitalisés», assure un porte-parole.

Malgré sa baisse récente et sa volatilité, la solvabilité du groupe reste bien supérieure au minimum réglementaire de 100%. Generali a terminé 2019 avec un ratio en hausse de 8 points sur l'exercice, alors que les analystes tablaient sur une baisse de 7 points à fin décembre.