Allianz prêt à jouer un rôle dans la consolidation de la gestion d’actifs

Laurence Pochard
L’assureur s’intéresse notamment à la région Asie Pacifique.
(RK)

Le frémissement dans les fusions acquisitions concernant des gérants d’actifs n’a pas échappé à Allianz. « Nous avons vu une accélération des fusions acquisitions en 2020 et il semble qu’il va y en avoir une autre cette année », a observé Jacqueline Hunt, qui supervise la gestion d’actifs d’Allianz SE dans une interview repérée par Bloomberg. « Je pense que nous allons voir de plus en plus de M&A, de façon plus globale. Et nous pourrions y participer », poursuit-elle.

Allianz aurait en effet regardé le dossier de la cession de la gestion d’actifs de l’assureur NN, et avait déjà étudié celui de DWS Group, filiale de Deutsche Bank, il y a environ deux ans. La dirigeante n’a cependant pas souhaité s’exprimer au sujet de cibles spécifiques, mais a précisé qu’une éventuelle acquisition devrait se montrer complémentaire de sa gestion d’actifs existante.

Jacqueline Hunt a aussi indiqué qu’elle ne voulait pas faire croître Pimco ou Allianz Global Investors à tout prix, car ces deux gérants d’actifs disposent déjà d’une surface suffisante de façon indépendante. Elle constate par ailleurs que les valorisations de ce type de cible sont élevées et qu’ « il y a un gros volume d’argent qui court après de rares opportunités ». La région Asie Pacifique, en forte croissance, reste une région intéressante pour Allianz, selon elle, sans pour autant délaisser les Etats-Unis et l’Europe qui vont rester des marchés de taille à court et moyen terme.

Enfin, en matière de stratégies d’investissement, elle décèle le plus gros potentiel dans les offres concernant la gestion alternative et celles liés aux critères économiques, sociaux et de gouvernance (ESG).