Pourquoi l'ubérisation des services financiers est loin d'être une évidence

En sa qualité de cofondateur de l'Observatoire de l'ubérisation, Grégoire Leclerc est un témoin privilégié du basculement des modèles économiques provoqué par la vague digitale. En préambule de la dernière conférence plénière du Salon Patrimonia 2016 qui s'est tenu la semaine dernière, il explique au micro de L'Agefi Actifs les raisons pour lesquelles le modèle des CGP doit sortir préservé des évolutions digitales actuelles.

Dans cet entretien, l’expert rappelle d’abord que l’ubérisation ne s’applique pas partout de la même manière. Elle est la conjonction de trois facteurs: une digitalisation de masse, la manière dont le consommateur se positionne et l’évolution des modèles économiques.

Le cumul de ces trois leviers dans la finance «n’est pas certain», selon Grégoire Leclerc, en raison de l’état des normes dans ce secteur. En revanche, la montée en puissance du financement participatif est un fait avéré.

L’expert relativise également l’éventualité d’un démantèlement complet de tous les acteurs de la finance.

Lire la vidéo en ligne ici: