A l’origine de l’action de groupe, le professionnel ne saura pas "combien de défendeurs il a en face de lui"

Valérie Lafarge-Sarkozy, avocat associée De Gaulle, Fleurance & Associés évoque la manière dont les entreprises pourront se prémunir d’une action de groupe

D’abord, Valérie Lafarge-Sarkozy rappelle que les sociétés doivent s’intéresser aux indices tel que le nombre de lettres RAR des consommateurs qu’elles ont pu recevoir et qui soulèvent une même difficulté. En revanche, il ne serait pas nécessaire d’aller vers davantage de transaction pour limiter les risques inhérents à une action de groupe.