Regrouper pour emprunter à nouveau

Julie Bachet, directrice générale de Vousfinancer
Le regroupement de crédits peut permettre de retrouver suffisamment de capacité d’endettement pour financer de nouveaux projets
Julie Bachet, directrice générale de Vousfinancer

Près d’un Français sur deux remboursent actuellement un crédit. Des solutions existent pour optimiser ses mensualités et dégager une nouvelle capacité d’emprunt permettant de réaliser des travaux ou un investissement locatif par exemple.

Depuis maintenant fin 2019, le Haut conseil de stabilité financière (HCSF) recommande aux banques de respecter un taux d’endettement des ménages de 35 % maximum, avec tout de même une marge de flexibilité de 20 %, sous peine de sanctions à partir de janvier 2022. Cela signifie que l’ensemble des charges de remboursement (mensualités de crédit à venir et autres crédits en cours) ne doit pas dépasser 35 % des revenus nets imposables. Cette situation conduit parfois à des refus de crédit pour des emprunteurs déjà propriétaires ou des locataires détenteurs de crédits à la consommation qui voudraient faire des travaux ou réaliser un investissement locatif par exemple.

 

S’ouvrir à de nouveaux projets

Toutefois, il existe des solutions pour optimiser le plan de financement ou réduire l’endettement d’un emprunteur et ainsi faciliter l’acceptation d’un nouveau crédit immobilier par une banque. Il s’agit du regroupement de crédits. Cette opération consiste à regrouper plusieurs prêts (consommation, revolving, auto, immobilier) en un seul, pour obtenir une mensualité réduite grâce à un allongement de durée pouvant aller jusqu’à 25 ans selon les profils. Mais contrairement aux idées reçues, dans un contexte de forte baisse des taux de regroupement de crédits, cette solution n’est pas réservée aux surendettés, au contraire même. On voit fortement augmenter la part des regroupement dits « de confort » avec l’objectif de faire de nouveaux projets. Désormais, 43 % des dossiers réalisés chez Vousfinancer sont liés au financement de projets tels que des travaux d’aménagement, d’agrandissement ou même l’achat d’un nouveau bien (pour un investissement locatif notamment). Le rachat des crédits en cours et l’allongement de leur durée permet alors de dégager une enveloppe de trésorerie ou une capacité d’emprunt pour financer un nouveau bien. 34 % des demandes que nous recevons sont issus de ménages avec un endettement compris entre 50 % et 60 %. Ils ont pour objectif de rendre le paiement de leur mensualité soutenable et faire baisser leur taux d’endettement. 23 % sont dus à des accidents de la vie (chômage, décès, divorce, etc) entraînant la nécessité de faire face à une situation financière compliquée.

 

Gagner de l’endettement

Suite au premier confinement, nous avons constaté une hausse des demandes de regroupement de crédits liées à des projets de rénovation de l’habitat. Elles concernaient des opérations de financement de travaux d’aménagement, d’extension et même de piscine ! Des demandes qui émanaient de propriétaires avec un crédit immobilier en cours, un crédit auto et un précédent crédit travaux conduisant souvent à un endettement compris entre 30 % et 40 %. De fait, ils ne pouvaient plus emprunter pour de nouveaux projets. En rachetant leurs crédits en cours sur une durée pouvant aller jusqu’à 25 ans, ils peuvent « gagner » 10 à 20 points d’endettement, notamment s’il leur reste moins de 10 ans à rembourser sur le crédit immobilier. La mensualité finale est identique - voire même inférieure - et ils peuvent se lancer dans de nouveaux projets.

Afin de mettre de son côté toutes les chances d’obtenir un nouveau crédit lorsqu’au moins un est déjà en cours, mieux vaut donc anticiper. Une fois les comptes assainis, l’emprunteur maximisera les chances d’obtenir un accord. Il est également possible d’inclure directement le financement d’un nouveau bien lors de l’opération de regroupements… On trouve toujours des solutions… ou presque !