Retraite complémentaire : la réforme impossible

Retraite complémentaire : la réforme impossible

Les partenaires sociaux ont finalement trouvé un accord à un régime des retraites complémentaires à bout de souffle.

Tout près du précipice ils se sont accordés. Les négociations entre syndicats patronnaux et salariés ont finalement débouché sur un accord vendredi 16 octobre sur le devenir des retraites complémentaires.

En réalité les négociations butaient sur un point de tension majeur : la volonté pour le Medef de faire passer la réforme qui consistait à imposer des abattements aux salariés qui souhaiteraient prendre leur retraite avant 65 ans. Hors de question pour les syndicats qui criaient à une modification déguisée de l'âge légal de départ.

Finalement, le Medef a édulcoré sa mesure. Les pensions seront amputée de 10% chacune des trois premières années à partir de 2019 et pour les Français de la génération 1957 qui prendraient leur retraite dès 62 ans. C'est le fameux malus. En revanche, pour ceux qui resteraient plus longtemps sur le marché du travail, un système de bonus leur sera attribué.

Les mesures adoptées par les partenaires sociaux sont censées rapporter 6,1 milliards d'euros à l'horizon 2020, pour un besoin de financement évalué à 8,4 milliards par le Medef. L'an dernier, les déficits cumulés des deux régimes ont dépassé les 3 milliards d'euros.

Sommaire du dossier
Un régime à bout de souffle

Au cours de négociations houleuses, le Medef et les syndicats sont parvenus à un accord de principe pour sauver les régimes de retraites...

Les négociations ont patiné