Un coefficient de solidarité pas nécessairement avantageux

Lors de sa manifestation organisée le 9 juin, 360 Retraite – un club de réflexion créé par le cabinet de conseil France Retraite et la société de courtage d’assurance Sinfoni – a indiqué que le coefficient de solidarité instauré par l’accord Arrco-Agirc ne concernera que moins d’un tiers des individus et qu’il ne modifiera qu’à la marge le comportement de départ à la retraite. Selon France-Retraite, il est faiblement intéressant de décaler son départ de deux ans après le taux plein car « le bonus lié au coefficient majorant est absorbé par une durée de versement de la pension plus courte ».