Pourquoi les Français épargnent moins

Dans son rapport mensuel sur l'épargne et la retraite, le Cercle de l'épargne s'est intéressé aux raisons de la baisse tendancielle des bas de laine en France et en Europe. Un niveau en baisse depuis les années 70 puisqu'entre "1970 et 2015, il est passé de 21 % à 13 % du revenu disponible brut. De 1970 à 1976, il a connu une forte progression en atteignant 23 % du revenu disponible avant de décliner jusqu’en 1988. De 1988 jusqu’à 1995, le taux d’épargne des ménages s'est redressé légèrement avant de redescendre progressivement jusqu’en 2015", selon le Cercle de l'épargne qui se base sur les données en zone euro.

Entre 1970 et 1980, cette baisse est liée au recul de l'inflation. Le Cercle de l'épargne met également en avant le rôle de la stagnation des salaires qui a freinée la poursuite de l'épargne des ménages. Entre 1988 et 1995, l'embellie "est à mettre au crédit de la meilleure rémunération de l’épargne avec une hausse des taux". Mais depuis 1996, la chute du niveau d'épargne s'explique par la baisse des taux et la montée des incertitudes financières. 

Plus largement, le Cercle de l'épargne indique que "le taux d’épargne dépend évidemment de l’accès au crédit qui permet de financer l’acquisition de biens immobiliers voire d’effectuer des placements financiers". La montée du chômage, ainsi que la hausse des prélèvements obligatoires peuvent en revanche empêcher à ce niveau d'augmenter. Enfin, l'aspect "psychologique" ne doit pas être oublié. "Les conflits mondiaux avec le rationnement et la pénurie ont conduit les ménages à développer une abondante épargne de précaution", détaille l'organisation.