Le monde de l’assurance "saura" s’adapter à la loi Hamon

L’Agefi Hebdo est revenu sur l’incidence de la loi Hamon pour les acteurs de l’assureur. L’auteur avance qu’en donnant plus de temps aux consommateurs, le ministre espère que « le taux baisse de 0,1 % à 0,2 % dans une hypothèse raisonnable, pour un gain de 12.000 euros sur un prêt de 300.000 euros à 20 ans ». Néanmoins, son projet soulève le risque d'une « démutualisation ».

Autre rappel d’importance, « la décision finale d'acception du nouveau contrat reviendra toujours à la banque », rappelle Hervé Hatt, président de Meilleurtaux, notamment sur la base des garanties.

Lire l’article en ligne ici